Étude architecturale sur les édifices sis aux 35‐37, 32‐34 et 36‐38‐40, Côte du Passage, Lévis en instance de démolition

Consulter le document Étude architecturale de bâtiments patrimoniaux
des Architectes Fontaine et Gauthier.

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Étude architecturale sur les édifices sis aux 35‐37, 32‐34 et 36‐38‐40, Côte du Passage, Lévis en instance de démolition

  1. Yvan-M. Roy dit :

    Le jardin du 35-37, côte du Passage, jadis adossé au plus beau jardin d’Aubigny.

    La maison Davies-Ramsay, 35-37 du Passage, se trouve sur le lot 547, adossé à la très grande propriété longeant la rue Henry ( lot 549) où se trouvent aujourd’hui les installations de la Cie Bell. La propriété actuelle du 35-37 est formée de deux lots, les 547 et 548. La ruelle Nicholson se trouvait entre les numéros 548 et 550 sur lequel se trouve l’actuelle maison de Rose-Lise L. et Jean-Marie D. *

    Voici ce que Pierre-Georges Roy écrit sur les Nicholson :

    « Si je ne fais erreur, le premier chantier de construction de navires fut établi à Lévis par John Nicholson aux environs de 1835 ou 1836…La maladie força bientôt M. Nicholson à abandonner la construction des navires. Il décéda à Lévis le 25 août 1846…

    La veuve de M. Nicholson vécut pendant plusieurs années dans la villa construite par le ministre Robert Raby Burrage, rue Wolfe, sur l’emplacement occupé aujourd’hui par le Bell Telephone Co.(Lot 549). La ruelle qui conduisait de la côte du Passage directement à la villa de la veuve du constructeur de navires portait le nom de ruelle Nicholson dans notre cadastre officiel et je crois qu’elle est encore désignée sous ce nom dans les livres de la corporation.

    Madame Nicholson était une amie des fleurs des arbres, de la verdure. Elle avait fait de sa propriété un véritable Eden. On y trouvait tous les fruits et les fleurs que notre climat permet de cultiver. La vieille dame décéda à Toronto le 1er septembre 1874. »

    (Sur John Nicholson, par Pierre-Georges Roy, Profils Lévisiens-1948, vol 1, p. 95-96)

    CONCLUSION : Plus de la moitié arrière du 35-37, côte du Passage, est un vert jardin ombragé, planté de nombreux beaux arbres. Bientôt, un des derniers jardins d’Aubigny sera déchiré par le bulldozer et remplacé par une série de condominiums de luxe. La victoire du béton sur la verdure, de la bêtise et de la cupidité sur l’équilibre et l’harmonie.

    Yvan-M. Roy

    * : Pour voir la carte du cadastre de Lévis en 1879, il faut aller aux annexes du texte de M. Luc Fontaine, architecte :
    Étude architecturale sur les édifices sis aux 35/37, 32/34 et 36 à 40A, côte du Passage Lévis, en instance de démolition.

  2. Éric Fortier dit :

    Merci pour ce document et votre contribution! C’est très généreux de votre part!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s