La maison du 8, rue Bégin, à Lévis, point de départ de la coopération en sol nord-américain, là où réellement, tout a démarré.

Le 8, rue Bégin, sur la principale rue d’ambiance du Vieux-Lévis.

Le 6 décembre 1900, il y a exactement 114 ans, en pleine tempête de neige, 122 personnes se sont réunies dans cette maison du 7, rue Eden (aujourd’hui le 8, avenue Bégin) à Lévis pour adopter les statuts d’une société qui allait révolutionner la manière d’épargner et de faire crédit en sol nord-américain.

Em 1900, le 8, rue Eden , aujourd'hui le 8, rue Bégin

En 1900, le 7, rue Eden , aujourd’hui le 8, avenue Bégin

Quels sont les noms de ces personnes ? Quel est le nom de cette société?  Quelle est l’histoire de cette maison ?

Ce sont des réponses que le Comité de Quartier du Vieux-Lévis (CQVL) cherchera à vous apporter  dans un prochain avenir ?

Le 18 décembre 2014, voici les réponses aux questions soulevées…

La fondation de la Caisse populaire de Lévis le 6 décembre 1900 au 7, rue Eden, dans la ville de Lévis

Le dimanche 2 décembre 1900, François-Xavier Gosselin, curé de la paroisse Notre-Dame-de-la-Victoire de Lévis avait, du haut de la chaire, invité ses paroissiens à se rendre le jeudi suivant à la maison du 7, rue Eden (auj., 8, avenue Bégin) pour écouter M. Alphonse Desjardins exposer le projet d’une société coopérative d’épargne et de crédit et par la même occasion, pour devenir sociétaires de la Caisse populaire de Lévis en acceptant ses statuts.

Le 6 décembre venu, en début de soirée, il faisait tempête. Cent-vingt-deux personnes ont bravé les éléments pour se réunir sur la rue Eden dans la salle de rencontre non pas seulement d’une, mais de quatre succursales de sociétés mutuelles canadiennes et américaines qui offraient aux citoyens de Lévis des services d’assurance-invalidité et d’assurance-vie : la Société catholique de secours mutuels (CMBA), la Société des Artisans canadiens-français de la cité de Montréal, l’Ordre catholique des Forestiers et l’Ordre indépendant des Forestiers.

La maison était alors la propriété de J.-Édouard Ladrière qui agissait comme médecin-examinateur en matière d’assurance mutuelle. Depuis 1889, des centaines de polices d’assurance avaient été émises par ces quatre sociétés mutuelles suivant les recommandations du médecin mutualiste. Lors de la rencontre historique du 6 décembre 1900, il y avait dans l’assemblée 32 administrateurs ou anciens administrateurs des 4 succursales mutualistes, à savoir :

B) J.-Cléophas Blouin, Édouard Bourassa, C) Charles-Édouard Carrier, Joseph-Henri Carrier, Arcade Côté, Joseph Côté, Ignace-G. Couture, D) Joseph Delisle, Arthur Demers, F) Pierre Ferland, Joseph Fontaine, Joseph Fortin, G) Isaïe Giguère,, François-Xavier Gosselin,, Joseph Gosselin, L) Édouard Labadie, J.-Édouard Ladrière, Albert-G. Lambert. Théophile Lamontagne, Napoléon Lamontagne,  J.-Octave Lavoie, A.-Napoléon Lemieux, Joseph Lemieux, Alexandre Léveillé, Joseph L’Hérault, M) François-Xavier Marceau, P) Albert Poliquin, R) George Ramsay, Louis-Joseph Roberge, J.-Eugène Roy, S) Charles Samson, et V) Joseph Verreault.

Il y avait également le notaire Adjutor Roy, aviseur légal de la Société de construction permanente de Lévis, une mutuelle d’épargne et de crédit fondée en 1869 par Léon Roy, premier secrétaire-trésorier de la ville de Lévis, société dont la finalité était de favoriser chez les ouvriers l’épargne pour leur permettre de quitter leur situation de locataires et d’accéder à la propriété. Alphonse Desjardins avait été, vingt ans plus tard,  élu au conseil de cette société. De 1889 à 1894, participa aux réunions mensuelles du conseil. Sa candidature au conseil fut rejetée par l’assemblée générale de 1894, de même que celle de 1896. Desjardins décida alors de quitter la société, encaissant, trois ans avant terme, le capital et les intérêts accumulés sur l’action de 400 $ qu’il avait souscrite.

 

La liste des premiers coopérants du Québec, du Canada et de l’Amérique

En espérant que certains y reconnaîtront le nom d’un(e) ancêtre, voici ceux des 122 personnes présentes au 7, rue Eden, dans la soirée du jeudi 6 décembre 1900:

A) Théophile Arsenault, Cléophas Auger, B) J.-Alphonse Babin, Éléonore Beauchêne-Paradis, Achille-E. Beaudoin, Achille Bégin, Damase Bégin, Joseph Bégin, Raymond Bilodeau, J.-Alfred Blouin, J.-Cléophas Blouin, Jean-H. Bolduc, Édouard Bourassa, André Brochu, Cécile Burrougs-Carrier, C) Achille Carrier, Auguste Carrier, abbé Charles-Édouard Carrier, Eugène Carrier, Georges Carrier, Joseph Carrier, Jos.-Eugène Carrier, Médard Carrier, Robert-Charles Carrier, Théophile Carrier, J.- Narcisse Cloutier, Arcade Côté, Joseph Côté, Georges Couture, Ignace-G. Couture, D) Joseph Delisle, Charles Delson, Arthur Demers, Alphonse Desjardins, Anne-Marie Desjardins, Dorimène Desjardins, Edgar Desjardins, Raoul Desjardins, Annie Dumontier, Camille Dussault-Lemieux, Marie-Louise Dussault, E) Cyrille Émond, Joseph Émond, Napoléon Émond, F) abbé Amédée Faucher, Pierre Ferland, Joseph Fontaine, abbé Hilaire Fortier, É.-Amédée Fortin, Joseph Fortin, J.-Cyrille Fournier, G) J.-A. Gagné, Eugène Gagnon, Clément-Marie Garneau, J.-A. Garneau, J.-L. Garneau, Joseph-Henri Garneau, Juliette Garneau, Louis-Philippe Garneau, Philomène Garneau, Isaïe Giguère, abbé François-Xavier Gosselin, Joseph Gosselin, Narcisse Gosselin, Joseph Guenet, Louis-Abdon Guay, H) Antoine Hallé, Arthur Hallé, Hélène Hallé-Carrier, abbé Joseph Hallé, abbé J.-John Hunt, J) Michel Jacques, Octave Jacques, Olivier Jacques, Onézime Juteau, L) J.-Édouard Labadie, Flavien Labadie, François Labrie, J.-Édouard Ladrière, abbé J.-Napoléon Laflamme, G.-C. Lambert, Clovis Lamontagne, Edgar Lamontagne, Napoléon Lamontagne, Théophile Lamontagne, J.-Octave Lavoie, Lemelin, S.-Thomas Lemelin, A.- Napoléon Lemieux, abbé Gaudiose Lemieux, Joseph L’Hérault, M) Domitille Marceau, Dosithée Marceau, François-Xavier Marceau, Sarah Marceau-Garneau, Hélène Marceau, Séraphin Marceau, N) J.-Alphonse Noël, O) Aimé Ouellet, P) J.-Joseph Paquet, Blanche Paradis, Isabelle Paradis, J.-A. Philippe Paradis, Télesphore Paradis, Rose-Délima Pichette-Marceau, J.-Albert Poliquin, J.-Antoine Poulin, Thomas Powers, R) George-H. Ramsay, Suzanne Rhéaume-Powers, Louis-Joseph Roberge, Mathilde Roberge-Carrier, Adjutor Roy, Joseph-Eugène Roy, abbé Valère Roy, Laetare Roy, S) Charles Samson, Joseph Samson, André Séguin, T) Jean Turgeon, J.-Adélard Turgeon *, J.-Edmond Turgeon, Joseph-David Turgeon, abbé Joseph-I. Turgeon, V) abbé Joseph Vaillancourt, J.-Édouard Verreault, Joseph Verreault.

Ces personnes furent les premiers coopérateurs à l’origine du Mouvement Desjardins. Il aurait été intéressant de savoir combien d’entre-eux détenaient une police d’assurance émise par l’une ou l’autre des sociétés mutuelles ci-dessus mentionnées.

  • J.-Adélard Turgeon signa en fin de décembre suivant, n’ayant  pu  être présent en raison de ses  fonctions comme secrétaire dans le cabinet provincial du premier ministre Simon-Napoléon Parent.

À propos des principes inscrits aux statuts

L’Article 2 des statuts éconce 9 engagements sur lesquels la Caisse populaire de Lévis allait fonder son action, entre autres :

 1.- De protéger ses membres contre les revers de fortune, les résultats du chômage, de la maladie et l’indigence en leur enseignant les bienfaits inappréciables d’une sage prévoyance appuyée sur la mutualité et la coopération.

5.- De combattre l’usure au moyen de la coopération et de la mutualité, en offrant à tous ceux qui le méritent par leur amour de travail, leur habileté et l’honnêteté de leur conduite, le crédit dont ils ont besoin dans l’exercice de leur état

Bilan et conclusion

Le 6 décembre 1900,  122 citoyennes et citoyens de Lévis se sont donc réunis dans la salle de rencontre des mutualiste de Lévis à l’adresse 7, rue Eden,  pour fonder la première caisse populaire à caractère coopératif en sol nord-américain. En 1919, la Caisse populaire de Lévis avait atteint un actif de 1 Million $. De 1901 à 1916, la maison de la rue Eden hébergea le comptoir et la place d’affaires de la Caisse populaire de Lévis. Dans les premières années de sa première caisse populaire, Alphonse Desjardins a bénéficié d’un soutien inconditionnel venant de tous les mutualistes de Lévis. Sans ces derniers, le Mouvement Desjardins aurait eu un départ des plus difficile, voire effémère.

Le prolongement de la voute en brique dans laquelle entre 1900 et 1920 étaient déposées les épargnes des sociétaires de la Caisse populaire de Lévis.

Le prolongement de la chambre forte en brique dans laquelle entre 1901 et 1916 étaient déposées les épargnes des sociétaires de la Caisse populaire de Lévis.

Traverse - Annuaire Marcotte 1915

Le 5 rue Eden (Énumération depuis 1910), local occupé par 6 sociétés mutuelles et une coopérative. (Source: Annuaire Marcotte, 1914-15, p. 170)

En 2014, Desjardins, Caisse de Lévis compte 51 000 sociétaires. L’actif  est de 1,8 Milliard$. Le Mouvement quant à lui compte plus de 6 millions de membres.  L’actif total est de 230 Milliards$.

En conclusion, c’est réellement à Lévis au 7, rue Eden, le 6 décembre 1900, que tout a démarré en Amérique du nord pour l’épargne et le crédit coopératif lorsque 122 citoyennes et citoyens se sont réunis dans la salle de rencontre de quatre sociétés mutuelles d’assurance pour signer leur adhésion aux statuts de la Caisse populaire de Lévis. La volonté d’une communauté locale solidaire s’est par la suite transmise d’un lieu à l’autre pour parvenir à atteindre tout un continent.

Par Yvan-M. Roy

Le 18 décembre 2014

Post Scriptum :

Les premières institutions d’épargne populaire à Lévis:

1868 – La Caisse d’économie de Notre-Dame de Québec :                                     https://wordpress.com/post/cqvl.org/3176

1869 – La Société de construction permanente de Lévis :

  • Le 27 avril 1869, assemblée à la salle Lauzon de quelque 150 citoyens qui avaient répondu à l’appel du notaire Léon Roy pour venir fonder la Société de construction permanente de Lévis, une organisation mutuelle d’épargne et de crédit où Alphonse Desjardins, 20 ans plus tard, fit son adhésion et où il occupa, de 1889 à 1894,  un fauteuil au conseil d’administration, pour venir ensuite fonder la Caisse populaire de Lévis,  le 6 décembre 1900.  Paragraphe tiré de :     (1) https://wordpress.com/post/cqvl.org/3256
  • Voir également : Quelques propriétés financées par la Société de construction permanente de Lévis quand de 1889 à 1894, Alphonse Desjardins siégeait au conseil de la Société de construction permanente de Lévis.(2)  https://cqvl.org/2017/06/19/quelques-proprietes-financees-par-la-societe

 

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s