République de bananes?

C’est avec  surprise et stupéfaction que des résidents de Lévis, dont plusieurs  du voisinage des maisons récemment menacées de démolitions dans le Vieux-Lévis, ont découvert que leur adresse n’était pas inscrite lorsqu’est venu le temps d’aller signer les registres avant l’adoption du nouveau plan de zonage. Ces adresses « inexistantes » représentent des dizaines de personnes, sinon plus (la Ville ne peut pas confirmer si les signatures des résidents de ces adresses absentes de la liste pourront être prises en compte – voir plus loin pour les détails).

La Ville de Lévis, qui s’apprête à adopter son nouveau plan de zonage et lotissement  RV-2011-11-23, a convié par avis public (6 juin) les citoyens habiles à voter qui veulent un référendum à propos de ce plan; cette démarche est une procédure habituelle. La dernière chance pour les citoyens de se faire entendre avant l’entrée en vigueur du plan. La période de signature des registres a lieu les 19, 20 et 21 juin, dans les trois arrondissements du territoire. Si la Ville recueille 1760 signatures et plus, un référendum aura lieu suite auquel ce plan pourra faire l’objet d’une révision.

Depuis ces dernières années, plusieurs citoyens du Vieux-Lévis , ainsi que des organismes et intervenants du milieu, se sont opposés au laxisme de la Ville en rapport avec la destruction des bâtiments traditionnels par des promoteurs immobiliers et leurs complexes de condos avec vue (Lévis est une fenêtre sur le fleuve) et ont demandé à la Ville d’inclure des mesures de protection dans le nouveau plan afin de limiter la destruction des secteurs traditionnels. Ils n’ont récolté que la sourde oreille auprès de leurs élus (malgré les belles formulations « langue de bois » des écrits officiels).

Ce nouveau plan RV-2011-11-23 ouvre toute grande la porte à ce type de développement sauvage au lieu d’encourager la rénovation et la réutilisation des bâtiments anciens  et maintenir le caractère unique, à échelle humaine, des quartiers traditionnels. Il  permet  à tout promoteur d’acquérir des immeubles, de les laisser se détériorer quelques années  et, après coup, faire une demande de démolition afin de récupérer le terrain pour la construction de complexes plus rentables, en permettant une plus grande densité d’unités d’habitation, puisque ce plan propose des marges de recul à zéro envahissantes et  irrespectueuses pour les résidents voisins de ces nouveaux complexes. Sans parler de la destruction du couvert végétal des cours arrière des maisons anciennes, parce que ces nouvelles constructions pourront utiliser la surface totale des terrains.

Aujourd’hui (20), je suis moi aussi allée voter. Mon adresse n’était pas sur la liste, même si j’habite et vote à Lévis depuis 36 ans et que l’immeuble que j’habite a 150 ans. Dans mon cas, après avoir montré mon permis de conduire à cinq personnes (?), j’ai dû patienter une vingtaine de minutes pendant que des préposés cherchaient, en vain, mon adresse dans leur liste pendant qu’un autre attendait, au téléphone, l’autorisation de me laisser voter quand même. Ensuite de quoi on m’a sommée de lire, à voix haute, une déclaration attestant que je suis une personne habile et qualifiée à voter, selon les dispositions de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités. Tous les signataires doivent  lire cette déclaration à haute voix, adresse existante ou pas. Je n’ai jamais vu ça aux élections municipales, ni provinciales, ni même nationales.

J’en ai déduit que dans mon immeuble de 7 logements aux adresses inexistantes, tous les locataires seront exposés à la même situation. À cette question qui a été posée par une autre citoyenne « inexistante », propriétaire d’une maison dans le Vieux-Lévis depuis fort longtemps, Rose-Lise Lamontagne : « Mon vote sera-t-il valide même si mon adresse n’apparait pas sur la liste? », on a répondu : « Probablement, c’est sûr à 98% ».

Pincez-moi quelqu’un…est-ce que je rêve?

De quoi s’agit-il exactement? Je ne prétends pas qu’il y a manigance ou collusion. Je relate les faits. Peut-être ne s’agit-il que de banale incompétence.

Nous sommes plusieurs à penser que ce « trois jours de signatures de registre » n’est qu’une pauvre farce et devrait être invalidé. Et repris, proprement.

Et annoncé proprement, par un avis aux lettres suffisamment lisibles pour qu’il ne passe pas inaperçu dans le fouillis des pages d’avis publics, aux lettres minuscules, que bien peu de gens lisent faute de pouvoir comprendre la signification de ce jargon urbanistique.

Si la Ville ne reçoit pas 1760 signatures lors de ces trois journées d’ouverture de registre (ce qui est probable, étant donné que cette activité est passée presqu’inaperçue), ce n’est pas qu’une majorité de gens appuient le nouveau plan de zonage. C’est que la majorité ignore ce que le nouveau plan signifie et aura comme conséquence pour leur qualité de vie. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé de leur dire par des actions et des communiqués qui, plus souvent qu’autrement, ont été ignorés par les média (ainsi que par la Commission Municipale du Québec).

Démocratie dites-vous? Moi je dis promocratie. Comme au Québec. Comme au Canada. Comme dans toute bonne république de bananes qui se respecte.

Christine Belley, résidente de Lévis.

Ajout du 22 juin : Je viens d’apprendre qu’aux questions d’une résidente à une personne des Greffes, à la Ville, à savoir si les signatures avec adresse « inexistante » allaient être prises en compte ou pas, on avait répondu ceci :

« Aujourd’hui jeudi, le service des greffes vient de me rappeler pour me dire que nous ne pourrons pas avoir de confirmation de la recevabilité de nos signatures»

« Personne de la ville ne nous rappellera pour nous dire que oui, nos noms figurent bel et bien sur la liste des signataires ou qu’elles (nos signatures) ont été rejetées parce que notre adresse civile n’apparaissait pas »

« Les greffes de la ville m’informent aussi que le nombre de signatures rejetées ne sera pas dévoilé. On ne peut même pas me garantir que ma signature sera compilée »

(J’habite ma maison depuis 20 ans. Ma maison (et son adresse civique) a 150 ans).

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour République de bananes?

  1. Éric Fortier dit :

    Ce qui est en effet le plus choquant là-dedans c’est le huis clos sur l’information et surtout, surtout, le fait qu’aucune partie externe à la ville ne soit impliquée dans la compilation et la vérification des signatures. S’il y a 100 ans on pouvait faire aveuglément confiance- et je ne le crois pas – à plus forte raison en pleine époque de grave crise de confiance envers les institutions – politiques, judiciaires, etc… – une gestion aussi peu transparente et contrôlée de l’exercice démocratique est soit de la bêtise (au mieux) soit de la pure mauvaise volonté. J’en reviens pas. Il va falloir porter cette affaire devant les autorités compétentes au ministère des affaires municipales.

  2. Thomas Cinq-Mars dit :

    Merci pour cet article, il explique tout bien. Personne pourra faire comme si c’était pas su après.

  3. Martine Villeneuve dit :

    Question pas plus stupide que le traitement qu’ils font à cet exercice citoyen ! Non mais on rit de nous donc c’est une pelure de banane.

  4. Martine Villeneuve dit :

    Peut-on réclamer l’essence et le temps pour le détour pour être allée pour rien signer un registre bidon ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s