Séoul, Lévis et les lieux de mémoire, deux approches diamétralement opposées pour la mise en place de programmes particuliers d’urbanisme (PPU)

Depuis 1990 à Séoul, l’histoire de la mise en valeur du Palais royal  

Au début dernier siècle,  les Japonais avaient  mis fin à la dynastie des rois Joseon qui avaient régné sur les Coréens de 1392 à 1910.   Au cours des siècles,  les Joseon  avaient construit à Séoul  un Palais qui comptait plus de 500 bâtiments,  répartis sur un site de 40 hectares.

Séoul - Palais impérial - Lavis

Le Palais des rois Joseon

À partir de 1911, le gouvernement japonais entreprit la démolition du Palais royal. Seulement une dizaine de bâtiments furent épargnés.  Puis, à partir de 1916, entre les deux portes qui gardaient l’entrée du Palais,  les Japonais érigèrent un imposant édifice administratif de style néo-classique. Ce qui restait de l’héritage architectural des rois de Corée fut minimisé et radicalement occulté.

Traverse - Seoul - Japanese_General_Government_BuildingVers 1930, l’édifice administratif japonais

Traverse Seoul - Japanese adm. 3

Vers 1980, la première porte d’accès au Palais et l’avant de l’édifice administratif Japonais

Traverse Seoul - Japanese adm. 4

La porte intérieure du Palais royal à l’arrière de l’édifice administratif japonais

Seoul - Vue aérienne - Palais et batiment administratif

Vue aérienne de l’édifice administratif japonais devant la cour de la salle du tribunal des rois Joseon

Seoul - Démolition - Bâtiment adm.

En 1995, le gouvernement de la Corée du Sud entreprit la démolition du bâtiment nippon

Un Programme particulier d’urbanisme à caractère radical

Vers 1990, le gouvernement de la Corée du Sud  mit en place un projet particulier d’urbanisme visant à refaire intégralement l’environnement de l’ancien Palais Royal. En premier lieu, on procéda à la démolition de l’ancien édifice administratif japonais. La  construction  aurait pu défier les siècles, mais l’édifice était considéré comme un affront à la mémoire des Coréens.

Depuis quelques années, le Palais de Séoul est devenu une destination incontournable pour les millions d’étrangers qui chaque année choisissent de se rendre visiter la Corée du Sud. En 2015, 40% des bâtiments de l’ancien Palais avaient été reconstruits. Le plan devrait prendre fin dans une dizaine d’années.

Traverse - Seoul 1

La cour où jadis se trouvait l’édifice administratif japonais suivi par la porte intérieure du Palais

 

Traverse Seoul Animation 3

Reconstitution d’époque, les gardes à la porte intérieure du Palais

Traverse - Seoul - Gyeongbokgung - 1

La cour intérieure du Palais et la salle du trône, tribunal administratif des rois Joseon

Séoul compte des architectes contemporains audacieux qui jouissent d’une grande liberté professionnelle. Toutefois, l’État a toutefois interdit  la liberté architecturale dans le périmètre du Palais royal.

Seoul, la-tour-gt-est-de-seoul_

La tour GT Est à Séoul, un exemple de l’exercice de la liberté architecturale en milieu urbain contemporain

Séoul a choisi de faire une distinction claire et nette entre milieu patrimonial et milieu contemporain dans la mise en place de projets ou plans particuliers d’urbanisme. Comme conséquence, il y a interdiction des constructions contemporaines en milieu hautement patrimonial.

Voici comment les Coréens projettent l’image de Séoul, leur capitale, à l’intention des touristes en quête d’exotisme:

 » Séoul, la capitale de la Corée, symbolise à elle seule une part importante du patrimoine culturel de la Corée et reste la ville incontournable pour tous les touristes étrangers. Même si Séoul figure aujourd’hui parmi les plus grandes métropoles modernes dans le monde, son centre historique, entouré d’une muraille construite il y a plus de 600 ans, abrite quelques-uns des plus précieux vestiges du patrimoine historique de la Corée avec ses palais royaux, ses portes et ses vieux quartiers résidentiels. »                                           Source Korea.net

http://french.korea.net/AboutKorea/Tourism/Historical-Heritage-Seoul

À Lévis depuis 1988, l’histoire de la mise en valeur du quartier de la Traverse

Ce qui faisait l’originalité du quartier de la Traverse au début du siècle dernier, du côté est, il y a l’anse Bégin, du côté ouest, la côte Labadie, et au centre, les bâtiments  dans les environs de l’ancienne Halle Lauzon ( la  »gare intermodale »).

L’anse Bégin

 

IMG_5251

L’arrivée du bac à Pointe-Lévy, James Pattison Cockburn, 1831

Traverse - Côte Bégin - Diamant Bleu

La traverse - 7-

La cale flottante et le quai de halage du chantier A.C. Davie

Traverse - Côte Bégin - Diamant Bleu

Au pied de la côte Bégin, le site historique national canadien du chantier A.C. Davie, suivi par les condos Diamant Bleu

IMG_2984

Les condos Diamant Bleu et le Site national canadien du chantier A.C. Davie

La côte Labadie

Traverse cote Labadie

En 1870, l’auberge du capitaine Augustin Labadie, suivie de la côte Labadie

Traverse - Cote Labadie en rouge

Carte postale enjolivée de la côte Labadie, vers 1890, avant l’arrivée de l’électricité

 

 

Traverse cote-labadie- No 3

Vers 1910, carte postale de la côte Labadie, la pittoresque  »Old Breakneck Hill »

IMG_7575

Entre 1985 et 1988, démolition des  »taudis » de la côte Labadie, érection d’un escalier pour valoriser l’environnement du projet d’une centaine de condos de luxe.

Traverse - Rives du Saint-Laurent - modifiée

Au pied l’ancienne côte Labadie, les condos  »Rives du Saint Laurent »,

 

Le centre du quartier de la Traverse

Traverse - Gare intercolonial vers 1900

La halle Lauzon, construite par la ville de Lévis en 1864, devenue en 1885, la gare de la Compagnie du chemin de fer de l’Intercolonial, puis Gare intermodale de VIA Rail jusqu’à 1997, aujourd’hui dans l’attente d’une vocation

IMG_8261

L’ancienne Halle Lauzon, siège de la ville de Lévis de 1864 à 1885

Pharmacie Dion 2017

L’ancienne pharmacie J.O. Dion, à 50 pas à l’est de la Halle Lauzon

Traverse Pharmacie Dion et Trqmway

Dans ses beaux jours, la pharmacie Dion, vers 1920

Traverse - Merchants Bank 2

En face de la Halle Lauzon, « The Merchants’ Bank » construite en 1875, et l’ancien Hôtel Saint-Louis

Conclusion: 

( En construction – À suivre)

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s