La maison Fraser-Audette, à Bienville, menacée de démolition

Il est minuit moins une pour la maison Fraser-Audette, à Bienville, dans le Vieux-Lévis.

Lorsqu’un visiteur observe les rues de Lévis qui bordent la falaise, il découvre aussitôt une quantité de maisons de prestige qui,  bâties au cours des années depuis bientôt cent cinquante ans, font du quartier un endroit des plus remarquables, unique dans tout l’est américain. L’une d’entre elles, la maison Fraser-Audette, au 6410, rue Saint-Laurent, fait présentement l’objet d’une demande en démolition, et la décision sera rendue en début du mois de juin 2014.

Il y a 35 ans, le journaliste américain Thomas Thompson a dit de Lévis : « Le visiteur nouvellement arrivé à Lévis aurait pu croire qu’un urbaniste dément avait été déraciner ce qu’il y avait de pire sur le continent américain pour le greffer sur cet emplacement historique. » (La Trace du Serpent, 1979)

Le pire n’était pas encore arrivé. En 1991, la ville a abrogé le Programme particulier d’urbanisme  (PPU) qui depuis 1980 offrait une ligne de conduite visant à favoriser  la protection et la mise en valeur du Vieux-Lévis. L’abrogation  donna ainsi le chemin libre aux promoteurs et aux institutions financières dans leurs objectifs de maximiser  le rendement de leurs capitaux respectifs. Ainsi ont été réalisés, dans le secteur de la Traverse, les projets Rives du Saint-Laurent et Diamant Bleu, et sur les plateaux de Notre Dame, les projets JAZZ et Îlot Saint-Louis, tous des immeubles aux dimensions démesurées par rapport aux bâtiments traditionnels qui font le caractère particulier du Vieux-Lévis.

La majorité des maisons de prestige, dont le premier paragraphe fait mention, se trouve sur les rues Saint-Louis, Bégin, Wolfe, Déziel, Fraser, J.K. Laflamme, Belvedère, Docteur Auger et Saint-Laurent. La plus prestigieuse d’entre elles par ses dimensions et sa position au sommet de la falaise, c’est la maison construite en 1910 par Rodolphe Audette, président de la Banque Nationale au début du siècle. M. Audette était le neveu de Thomas Fraser, un des fondateurs de Lévis en raison de ses généreuses contributions à la construction de l’église Notre-Dame, celle du collège de Lévis, et de son implication comme conseiller dans les premières années du conseil municipal local.

La maison Fraser-Audette et son domaine ont été l’objet de vives spéculations depuis les derniers dix ans. La maison a subi un incendie qui a endommagé le sous-sol. Des vandales ont occupé et dénaturé les étages supérieurs. Les éléments extérieurs, solage, murs de briques et toiture apparaissent toutefois d’une grande stabilité, sauf les coins du mur arrière qui présentent des marques de détérioration.

En perdant la maison Fraser-Audette, la ville de Lévis sera privée d’un bâtiment unique et d’un beau grand domaine. En remplacement, quelques condos contemporains avec vue imprenable sur le prestigieux Château Frontenac, une véritable perte d’identité.  Seul, un programme particulier d’urbanisme (PPU) aurait pu sauver la maison et la propriété. Il est encore temps pour la nouvelle administration de sauver cette maison. M. le Maire devrait chercher et trouver un « Chevalier Blanc ». Il est midi moins une pour épargner cette belle maison de prestige, un vrai petit domaine Cataraqui dans notre Vieux-Lévis.Image

La maison Fraser-Audette dans le Vieux-Lévis, construite en 1910 par Rodolphe Audette, président de la Banque Nationale

Yvan-M. Roy, 30 mai 2014

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La maison Fraser-Audette, à Bienville, menacée de démolition

  1. Ma grand mère maternelle Alexandra Fraser m’avait beaucoup parlé de cette maison quand j’étais encore un enfant. Elle habitait Québec et du haut de la terrasse Dufferin, elle me disait que cette belle maison appartenait jadis à la famille Fraser et passée par aliance à la famille Audette. Si la ville de Lévis veut mon appui pour la conserver, alors je lui accorde tout mon appui.

    .

  2. Diane Raymond dit :

    Chaque fois que je passe devant, j’ai un pincement au coeur… et ce, depuis tant d’années! Je n’ai jamais compris qu’aucune famille ou organisme fortuné n’ait acheté cette belle maison alors qu’elle était encore en bon état. L’incendie avait endommagé le centre (et oui, j’y suis entrée il y a plus de dix ans) mais la structure était intacte.Tant d’années ont passé depuis… Que c’est dommage, quel gaspillage patrimonial.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s