Réactions aux articles «Action Lévis rêve d’un nouveau centre-ville » et « Lévis, une mauvaise élève? », Journal de Lévis 30 octobre 2013, ainsi que Le Soleil, 24 octobre: « Nouveau centre-ville à 2 millions ».
En réponse d’abord à André Jean, chef du parti Action Lévis, qui propose de « Faire du quartier Miscéo le nouveau centre-ville » parce qu’à Lévis « Il n’y a pas de véritable centre-ville »…(sic) :
Un centre-ville n’est pas un décor de théâtre, une coquille qu’on fabrique et qu’on remplit de vie ensuite. C’est l’inverse. Un centre-ville est une conséquence, un effet secondaire naturel qui survient dans un secteur où une communauté s’est établie, vit et se développe depuis des générations. Ça pulse et c’est vivant par sa continuité. Ça croît. Comme une plante dans un bon terreau. C’est le résultat tangible du choix d’une communauté d’y semer ses racines et sa descendance et d’y prospérer. Un centre-ville est un coin de territoire intimement lié à l’histoire de la communauté qui l’a choisi. Pas un décor amovible qu’on peut changer de place à volonté, selon la mode commerciale du moment.

Prétendre vouloir fabriquer un nouveau centre-ville à la mode pour le planter derrière le centre d’achat est un non-sens et une aberration. Et d’une grande tristesse. Parce que nous l’avons, notre centre-ville, il s’appelle Vieux-Lévis. Ce gros cœur oublié qui bat depuis des générations.

Puis en réponse à Daniel Voyer, directeur général de Développement PME Chaudière-Appalaches (Lévis, une mauvaise élève?), qui pour régler le problème du peu d’entrepreneuriat à Lévis (ainsi qu’à Québec), selon le classement de la FECI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante), propose ceci : « Pour remédier à la situation (.) la ville doit notamment continuer à attirer les gros joueurs comme Costco sur son territoire ». Ma réponse est une question à M Voyer : Depuis quand la venue de gros joueurs (Costco, Rona, Walmart, Loblaws, etc) encourage-t-elle les entreprises locales dans une communauté? Je croyais que c’était l’inverse.? Comme ce qui s’observe partout sur notre continent depuis plusieurs décennies. Vous, en tant que directeur de PME (petite et moyenne entreprise, rappelons-le) Chaudière-Appalaches, en connaissez-vous beaucoup des quincailleries, épiceries et librairies de quartier qui ont survécu à la venue de ces gros joueurs? M. Voyer, sauf votre respect, vous avez manqué là une belle occasion de vous taire.
Christine Belley
Publicités
En passant | Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour

  1. simon maranda dit :

    Juste quelques mots pour vous feliciter de votre implication,moi -meme etant un resident du vieux Levis depuis plus de 60ans ,je vois bien qu’il y a un manque d’implication de la ville de sauvegarder le Vieux-Levis.Esperons que le nouveau maire originaire de l’ancien Levis saura nous donner un bon coup de pouce.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s