De 1889 à 1894, quelques propriétés financées par la Société de construction permanente de Lévis quand Alphonse Desjardins était membre du Bureau de direction

Depuis longtemps, le mouvement coopératif Desjardins semble avoir honte de révéler que les racines lévisiennes du mouvement plongent profondément dans la mutualité. Avant de devenir le « géant  de la coopération , Alphonse Desjardins a été, de 1889 à 1894, « simple mutualiste » à titre de directeur ( ou administrateur) d’une société mutuelle d’épargne et de crédit spécialisée en financement domiciliaire. Depuis sa fondation en 1869, les membres du bureau de direction de la Société de construction permanente de Lévis se réunissaient chaque mois pour traiter des affaires de la Société, pour étudier les demandes de prêts, enfin, pour en voter l’acceptation ou le rejet. Alphonse Desjardins, avant de fonder la Caisse populaire de Lévis, n’était pas néophyte en matière bancaire, particulièrement en matière de prêt hypothécaire.

Traverse - Marcotte - 1892-93

Les membres du bureau de direction de la Société de construction permanente de Lévis – http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/marcotte/ (1892-93, p. 528)

L’épargne et le crédit ouvrier à Lévis avant 1900

Pour en apprendre davantage sur l’histoire de l’épargne et du crédit  à Québec et à Lévis avant la fondation de la première caisse populaire, voir « L’Épargne ouvrière à Lévis avant 1900, et les pionniers oubliés de notre histoire économique ».

http://yvanm.eklablog.com/l-epargne-ouvriere-a-levis-avant-1900-2005-a27265949  

http://yvanm.eklablog.com/la-societe-de-construction-permanente-de-levis-1873-a27265649    

Quelques photographies récentes de maisons et propriétés financées par la Société de construction permanente de Lévis entre 1889 et 1894 (Source: Registre foncier du Québec)

 

SCPL 54 Wolfe

Rue Wolfe

SCPL 4 Saint Felix

Rue Saint-Félix

SCPL 28 Guenette 2

Rue Guenette

SCPL 5 Saint-Etienne

Rue Saint-Étienne

SCPL 55 rue Saint Etienne

Rue Saint-Étienne

SCPL rue Saint Laurent

Rue Saint-Laurent

SCPL 379 Saint Onesime

Rue Saint-Onésime

Traverse - 9 rue Sainte-Sophie - SCPL

Rue Sainte-Sophie

Traverse - 6015 Saint-Georges - SCPL

Rue Saint Georges

SCPL 55 rue Bégin

L’édifice Desjardins, inauguré en 1950, érigé après la démolition d’une maison située sur le lot 85, quartier Notre-Dame. À l’arrière, maison blanche située sur le lot où se trouvait la maison familiale des Desjardins.

Traverse 24 rue Fagot SCPL

Rue Fagot

SCPL 294 Saint Josrph 2

Couvent Jésus-Marie, rue Saint-Joseph

SCPL 427 Saint-Joseph

Rue Saint-Joseph, avec vue sur la chute Montmorency

Les mots de la fin à l’historien Pierre-Georges Roy

Dans ses Profils Lévisiens,   Pierre-Georges Roy a écrit la biographie de plus de 300 Lévisiens, dont celle de la famille Desjardins. En 1920, il  fut celui que la famille désigna pour porter la croix qui ouvrait le cortège funèbre de M. Desjardins. L’historien avait bien du respect pour l’oeuvre de M. Desjardins. Il connaissait mieux que tout autre l’histoire des événements qui avaient marqué Lévis depuis la fondation de la ville. Il fut des plus critique à l’égard des premiers biographes de M. Desjardins.

Le 7 février 1947, Pierre-Georges Roy écrit au sénateur Cyrille Vaillancourt, alors président de Desjardins:

« On a dit et répété que Desjardins avait pris l’idée des Caisses populaires en Allemagne et en Italie. Ne serait-il pas plus juste et plus glorieux de dire qu’il a conçu l’idée de la fondation à Lévis même ?  Je ne nie pas que plus tard M. Desjardins a perfectionné son œuvre en étudiant les Caisses d’Allemagne et d’Italie, mais l’idée de la fondation lui a été suggérée par la Société de construction permanente de Lévis. »

Le 20 août 1949, Pierre-Georges Roy insiste à nouveau auprès de M. Vaillancourt :

«Je suis toujours convaincu que c’est la  »Société de bâtisse » qui a fait germer la 1ère idée des Caisses populaires chez Alph. Desjardins. »

Par souci d’exactitude historique et de reconnaissance envers les pionniers de la mutualité à Québec et à Lévis, il est devenu nécessaire que soit mise à jour toute l’histoire de M. Desjardins, et non seulement ce qui apparaît bien souvent comme une histoire romancée, de propagande, bref, une stratégie de marketing et de  » branding ».

Les preuves sont définitivement concluantes. Se trouve-t-il une honte quelconque à indiquer que M. Desjardins a été d’abord mutualiste avant de devenir coopérateur ?

Yvan-M. Roy

 

 

 

 

 

 

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s