Le patrimoine en concours à Lévis

Pour la 5e année consécutive, la ville de Lévis participe à l’événement « Les prix du patrimoine » visant à « récompenser les projets qui contribuent à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine lévisien ».

Le CQVL tient à saluer les lauréats de l’an dernier en attendant  de connaître ceux qui seront révélés demain le 25 avril:

Conservation et préservation : M. Éric Martineau
Interprétation et diffusion : La Société d’histoire régionale de Lévis
Porteur de tradition : M. Fernand Gingras
Prix Coup de cœur : Mme Huguette Gagnon

Malgré l’adhésion de la ville de Lévis aux « Prix du patrimoine », le Comité de Quartier du Vieux-Lévis ne peut cependant que constater le hiatus quant aux vraies questions concernant la protection du patrimoine: ces prix du patrimoine soulignent d’heureuses initiatives individuelles, il en faut, mais qu’en est-il des initiatives de la ville elle-même?

Un tel concours nous apparaît bien honorable et stimulant pour les propriétaires ayant entretenu et amélioré leur propriété. Ces initiatives individuelles contribuent à la beauté et au charme de notre ville. Chercher à préserver et améliorer notre patrimoine individuel est un plus pour l’ensemble des citoyens d’une ville.

Cependant, l’absence de politiques sérieuses concernant les vrais problèmes liés au patrimoine lévisien, le nouveau plan d’urbanisme adopté l’année dernière qui ouvre toute grande la porte aux démolitions et aux promoteurs et les nouveaux règlements qui autorisent entre autres aberrations des marges de recul à zéro dans les vieux quartiers, sont autant d’indications que le patrimoine lévisien n’est aucunement une priorité pour la plupart des élus municipaux qui, au contraire, favorisent un « développement » lucratif et anarchique sans égard à l’ensemble. Le refus de la ville de Lévis de préserver l’intégrité de la côte du Passage et son rejet du statut d’arrondissement historique que le ministère était prêt à reconnaître à une partie du Vieux-Lévis ont été les révélateurs des véritables intentions de l’administration Marinelli.

C’est dans ce contexte et sous cet angle que la tenue d’un concours des prix du patrimoine nous apparaît faux venant de l’actuel conseil de ville. C’est de la poudre aux yeux pour les citoyens agissant de bonne foi et une façon pour les élus de se donner bonne conscience tout en continuant le véritable saccage du patrimoine collectif pour satisfaire des intérêts individuels, politiques ou corporatifs qui n’ont montré jusqu’ici aucun véritable attachement à notre patrimoine.

L’îlot St-Louis parle de lui-même, et d’autres semblables émergent qui ne peuvent échapper à des regards étonnés; ils ne sont certainement pas nés dans l’esprit du respect du patrimoine environnant. Le CQVL, bien que reconnaissant les heureuses initiatives et la persévérance de nombreux concitoyens, se fait un devoir rappeler à l’attention générale que la ville, malgré son adhésion aux « Prix du patrimoine », manque toujours à ses propres responsabilités quant à la protection et la valorisation de ses vieux quartiers.

Rose-Lise Lamontagne et Eric Fortier, pour le CQVL

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Articles, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s